Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 13:18



Quand j'étais enfant et que nous étions en vacances chez mes grands parents, ma corvée de la journée était de passer le chiffon sur l'escalier et donner un coup de balai dans l'entrée et le couloir. 

 

Je commençais tout en haut de l'escalier, au ras de la porte qui l'isolait du premier étage. En bois sombre, il attirait irrémédiablement cette poussière claire, qui ne va que vers les meubles foncés :-) Avec mon petit chiffon, je traquais dans les moindres recoins les minons, grains de sables, brindilles et autres petites saletés que les semelles de la nombreuse maisonnée ne manquaient pas de déposer étourdiement au fur et à mesure de la journée. Je faisais passer mon petit tas d'une marche à l'autre.

Parfois, prise de langueur, je m'asseyais sur une marche, coude sur mes genoux, pouce droit dans la bouche. Le petit doigt caressant mon nez, j'observais le spectacle. Le couloir était carrelé de carrés blancs et noirs. Les murs étaient en crépi fin, verts. A droite la porte de la salle à manger, avec sa poignée toute ronde et lisse. A gauche, la porte de la cuisine, en verres colorés à mi hauteur. Elles étaient toujours bien fermées. Le hall d'entrée n'était qu'un passage. Deux gros crucifix noirs avec le Christ en bronze, ceints de la traditionnelle branche de rameau décoraient leur linteau. La porte d'entrée, massive, était surmontée d'une petite fenêtre par laquelle la lumière rayonnait, faisant tournoyer ma petite poussière tout juste dérangée par mon chiffon. Les adultes passaient d'une pièce à l'autre, parfois sans me voir, ou me faisant juste un clin d'œil, habitués à mes phases de rêverie.

La poussière naît et vit, jamais ne meurt, se déplace au gré de nos gesticulations inutiles, danse, se pose, sautille, se repose, explose en feu d'artifice sous notre souffle. Parfois l'air immobile la soutenait sans qu'elle bouge presque. Je gonflais mes joues.. pfffffffff… c'était la panique !!

Je me suis assise sur mon escalier. L'entrée est sombre. Le vent souffle dehors. Les petits grains lumineux ont disparu.

Soupir.

Allez, j'y vais, mon chiffon rose m'attend sur la dernière marche.

 

Repost 0
Published by La Femme des steppes - dans Textes d'une autre vie
commenter cet article
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 10:49

Allez savoir pourquoi, je n'ai jamais trop aimé les mitaines. Une espéce de rejet diffus et non identifié, que je n'ai jamais cherché à éclaircir.



Puis quand même, étant donné que je ne suis pas complètement insensible à la mode, loin de là... j'ai fondu hier sur une paire de mitaines, donc, particulièrement mignonnes (merci Monop').




Je les montre à Fille aînée qui, malgré son jeune âge, a déjà des idées très arrêtées sur ce qui est de bon goût et ce qui ne l'est pas (parfois, ses assertions sont assez discutables, mais je ne rentrerais pas dans le débat).

Elle les tourne, les retourne, les essaye, une moue dubitative sur ses lèvres.

"-En fait, tu sais, Maman, j'aime pas les mitaines, tu sais pourquoi ?

- Non ma Chérie, dis moi ('tain, moi non plus, j'aime pas les mitaines !)

- Parce que je trouve que ça fait clochard".

Argh... merci ma fille, tu viens d'éclaircir la raison de mon rejet diffus et non identifié.

A VENDRE : une paire de mitaines.

.
Repost 0
Published by La Femme des steppes - dans Ce que mon humeur me dicte
commenter cet article
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 22:46


Oui, c'est vrai, j'avoue, j'ai fait un copier-coller pour le nom de l'auteur...

Je ne sais pas pourquoi je m'étais imaginée que c'était un roman style policier. J'étais peut-être dans mon après-midi "et hop,  je tape sur l'étagère et je prends tout ce qui tombe, sans même lire la quatrième de couverture".

Si vous n'aimez pas les policiers, vous pouvez lire ce bouquin, je vous rassure.


Le texte original de ce livre est écrit en anglais. C'est fort surprenant, car lorsqu'on l'aborde, on jurerait qu'il a été écrit dans une langue orientale. Un style un peu déconcertant : des phrases écrites comme des évidences sans en être ; des répétitions mais qui ne sont pas malvenues... Vraiment un magnifique travail de traduction que l'on doit à Christine Le Boeuf.

De toutes manières, c'est une histoire de femmes. Le personnage central est une poétesse que l'on ne nomme jamais, mais qui a pourtant un nom car elle a vraiment existé : Tahirih Qurratu'l-Ayn. Les autres femmes non plus, ne sont jamais nommées. On croise dans ce livre la mère du Shah d'Iran, la soeur du même Shah, l'épouse de l'ambassadeur britannique, la fille de la poétesse... Toutes sont préoccupées plus ou moins par le destin de la poétesse, antisociale -car elle refuse le voile-, hérétique, subversive, en révolte contre la privation de liberté des femmes, érudite, brillante... bref, embarrassante.

Son destin nous est conté par le récit de ces femmes. Cela se passe au XIXème siècle et peu importe leur origine sociale ou leur culture, elles sont toutes sous le joug masculin.

Très belle lecture, un peu ardue...

Je ne sais s'il est sorti en poche, mais honnêtement, il n'y a rien au dessus d'un livre de chez Acte Sud, avec son beau papier et son format particulier.

.
Repost 0
Published by La Femme des steppes - dans Je fais ma critique...
commenter cet article
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 22:11
 

"Zut, y a la queue...."


Et oui, hein, espèce de greluche ; que crois-tu donc ? Il y a TOUJOURS la queue à la gare, quelle que soit l'heure à laquelle tu prends ton tour.



Pas pris de bouquin, oublié mon portable dans la voiture -même pas possibilité d'essayer de battre mon record au Tétris ou d'envahir la boîte SMS de mes amis pour passer le temps.

Dans ce genre de moment, j'aime bien fermer les yeux et me faire un trip "j'imagine que je suis aveugle et j'essaye de comprendre ce qui se passe rien qu'avec mon ouïe". Sauf que j'ai toujours peur que la file avance et qu'on me pique ma place, donc j'ouvre les yeux toutes les 10 secondes, ce qui est problématique pour la sérénité dudit trip.

J'avise une petite mamie, avec son sac Leclerc et sa canne, patientant dans la file. Juste sous le panneau "soyons solidaires, laissons la place aux handicapés". Bien entendu, personne ne lui laisse sa place, à la mamie. Et les guichetiers, qui ont pourtant une vue imprenable sur cette brave dame, font mine de ne rien voir. Pas de couilles, pas d'embrouilles.

Je la regarde, la mamie, et je vois que sa canne commence à vaciller ; bientôt, elle va se tarter et sa boîte de croquettes pour chat va se répandre dans tout le hall, ça va faire désordre. Je franchis la barrière d'attente, me dirige vers le guichet qui vient de se libérer sous l'oeil courroucé de tous ceux qui avaient les pieds dans les starting blocks :

-"Excusez-moi, mais il y a là une personne avec une canne qui a du mal à se tenir debout. Vous ne pourriez pas la faire passer ?

- Ben, elle est prioritaire. Elle a ka montrer sa carte et passer.

- Oui, mais personne ne la laisse passer, justement (carte ou pas carte, qu'est-ce qu'on s'en fout, elle a une canne, ça suffit pas ?)"

Mamie passe, poussée, envolée par la foule.

- "Bonjour Monsieur, je voudrais bzzzz bzzz bzzz bzzz sécurité sociale bzzz bzzz bzzzz

- Ah mais je ne peux pas, moi !

- oui mais, mon mari bzzzzz bzzzz bzzzzz bzzzzz

- J'en sais rien, mais moi j'peux pas, moi !

- mais bzzzz bzzzzz bzzzzz bzzzz

- non, mais non, au revoir madame".

Mamie repart, dos voûtée sur sa canne. Elle vient de se taper une demie-heure de queue pour tomber sur un abruti qui n'a même pas eu la gentillesse de lui expliquer pourquoi il "pouvait pas" et comment elle pouvait obtenir ce qu'elle souhaitait.

...............................................................

Ceci dit, peut-être que la mamie, c'est son seul plaisir, de faire la queue le mardi après-midi, entourée de gens, dans un endroit bien chaud, et d'avoir quelqu'un qui lui parle, même si c'est pour l'envoyer bouler...



Ai-je bien fait ? Je me le demande....



Repost 0
Published by La Femme des steppes - dans Ce que mon humeur me dicte
commenter cet article
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 12:51
.
La première fois que j'ai entendu parler d'Hermann, c'était l'épouse du chef de mon mari qui m'en a parlé.....

"Il faut que tu viennes à la maison, il faut ab-so-lu-ment que je te présente Hermann ! Tu vas adorer !". Ah, ah... Hermann ? Je ne sais pas moi... un cochon d'inde ?

 La voilà, enthousiaste, qui sort de sa cuisine et me tend un petit pot de yaourt, avec un drôle de brouet à l'intérieur.

"Voilà, m'explique-t-elle, voilà Hermann. Le premier jour, tu le bats, le deuxième jour, tu le bats, le troisième jour, tu le bats, le quatrième tu le nourris, le cinquième jour tu le bats, le sixième jour, re-belote, ainsi que le septième, le huitième tu le nourris, le neuvième, encore une trempe et le dixième, alleluia ! Tu rajoutes ça, ça, et puis ça, des fruits ou des épices..et tu le cuis.. mais avant surtout, tu en prélèves deux petites parts, une que tu donnes, une que tu gardes".

Marrant, me dis-je, "merci Nicole". Je mets Hermann dans le frigo et je m'ingénie, les jours suivants.. Le problème est qu'à partir du huitième jour, la bestiole prend de la place dans le frigo et qu'il faut faire ses courses en fonction de l'état de développement de la chose. Dixième jour... tout le monde dans la cuisine pour assister à la transformation... Ca fait quand même deux gâteaux... Ca cuit... et puis on goûte... Bleark... C'est comme... un kouglof raté. Seuls les gens de l'Est ont apprécié (heureusement, ma belle-mère était là) ;-)

Je remets Hermann dans le frigo et réitère le truc. Au bout du dixième jour, il restait quand même quelques bouts pas finis des gâteaux précédents... Et là... je me souviens que chez ma chère copine Nicole... dans le jardin, sur le muret étaient disposés en rang d'oignon des bouts de trucs que les oiseaux picoraient et que je subodore immédiatement qu'ils font partie de son Hermann... "Alloooooooooooooooooo ? Dis moi, Nicole.... et bla bla bla.." "Ben oui, me dit-elle... y a que Jean-Gabe qui aime ça.. les enfants préfèrent les gâteaux au beurre (c'est une Bretonne) et moi-même....". Lol.

La semaine d'après, j'ai oublié fort opportunément de nourrir Hermann. Malgré les appels forcenés qu'il me faisait quand j'ouvrais mon frigo, je détournais le regard pour ne pas voir son ventre ballonné et ses yeux implorants. Au bout de quelques jours, il était carrément exsangue... il s'était séparé en trois couches... celle du fond, couleur analyse d'urine du matin...... au milieu, couleur vomi après raclette au vin blanc... et celle du dessus, une espèce de pâte rugueuse blanchâtre.

J'ai décidé de le faire piquer........ une tête dans la poubelle, avec quelques remords quand même... se sépare-t-on d'un gâteau qui a un nom, je vous le demande !!

Voilà Hermann, donc... le gâteau empoisonné. Car si votre copine débarque deux semaines après vous avoir refilé Hermann.. et qu'elle ne voit pas de morceaux traîner dans votre demeure, elle en concluera que :
 - soit y a un fou à enfermer chez vous qui aime Hermann,
 - soit vous avez jeté son truc à la poubelle... ce qui n'est pas très aimable pour votre amitié.

Bon, c'est sûr, on n'est pas obligé... ça ressemble un peu aux chaînes de cartes postales qu'on faisait quand on était gamins et pour lesquelles, pour ma part, je n'ai jamais vu aucun résultat. M'enfin, c'est drôle... tellement drôle qu'avec mes copines de l'école, on s'est dit qu'on allait en faire un pour rigoler, avant Noël. Histoire de se dire que c'est bien dégueulasse, mais qu'on s'aime beaucoup quand même..


Repost 0
Published by La Femme des steppes - dans Textes d'une autre vie
commenter cet article
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 13:19


Fils aîné (16 ans) et fille cadette (11 ans)
sont en ce moment même béats devant Midi les Zouzous,
à l'heure de Flipper le
Dauphin :




- Ah là là, faut pas faire ça quand on plonge ! Sinon on risque de s'attraper les pieds à la corde du Zodiac, c'est hy-per dangereux ! (il connaît, il a fait 10 séances de plongée).
- Ah oui ???

....................................

- Trop cool, t'as vu, ils sont toujours en maillots de bain !
- Beeeeeeuh non, voyons !!! Les maillots de bain, ça n'existait pas à cette époque !!!

Et là, je m'étrangle devant ma planche à repasser (et ce n'est pas la vapeur du fer). Vite, un p'tit coup de Wiki (oui, pô bien, je sais) pour savoir à quelle EPOQUE a été tourné Flipper le Dauphin. Damned... ça ressemble bien à l'année de ma naissance, ça...

Telle l'ORTF vengeresse, je m'approche des mes zouaves :

"Bien sûr que SI, ça existait, les maillots de bain à l'époque des dinosaures à MON époque !"

Ce qu'ils peuvent être vexants quand ils s'y mettent !


.
Repost 0
Published by La Femme des steppes - dans Ce que mon humeur me dicte
commenter cet article
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 13:25
.
Il y a deux ans, lorsque nous avons été parachutés dans cette région, nous avons comme à notre habitude, commencé par découvrir la gastronomie du coin.

Nous ne sommes pas des super exigeants du palais, nous c'qu'on aime, c'est le terroir. On est bien servi ici !

Chacun oeuvrant dans sa spécialité, l'Homme des Steppes s'est essayé sur les crépinettes, tartes au Maroilles, endives braisées et tutti quanti ; j'ai quant à moi dirigé mes expériences sur les gâteaux, et les premiers furent les petits sablés à la chicorée.

Toute fière de moi que j'étais, en regardant la belle couleur camel de mes biscuits. Mais enfin... c'était pas très bon, il faut l'avouer. Rangée donc ma chicorée en attendant des jours meilleurs (ou plus probablement le prochain déménagement).

Et puis aujourd'hui, puisque j'invite quelqu'un au café, quelqu'un qui n'est pas d'ici et qui ne risque pas de me dire :

"Hiiiin ? Ch'est quoi ch'ti gateaux ?", j'ai réitéré, histoire de ne pas crever idiote.

Je me suis trompée dans ma proportion de farine, j'ai allumé le four sur le mauvais programme, mais finalement, c'est peut-être ça qui va les sauver ?


Ceci dit, quand même pas suicidaire non plus, j'ai prévu un vrai bon gâteau bien de chez moi, j'ai nommé "le gâteau vert", celui pour lequel on tuerait père et mère.

C'est pas Miss CommeduChocolat qui prétendra le contraire.

(Si t'es libre cet après-midi, tu peux passer, tu seras la bienvenue :))




Et pendant que j'étais en train d'écrire mon post, j'ai oublié la dernière fournée de gâteaux à la chicorée... qui a crâmé ! Et oui...

Ceux qui ricanent ne sont pas de francs camarades...



Notez quand même la différence de rendu entre la photo et la réalité...
.
Repost 0
Published by La Femme des steppes - dans Ce que mon humeur me dicte
commenter cet article
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 23:13
Si vous trouvez que Botticelli, c'est pas encore assez primitif pour vous,

Si le week-end dont vous rêvez, c'est un week-end à Bruges ou à Gand,

Si l'évocation de Memling, Van Eyck, Peter Christus et autres "maîtres des retables" vos collent des frissons entre les omoplates,

bref, si vous vous pâmez devant ceci :




alors, je vous le dis tout net.... la nouvelle exposition du musée Jacquemart André n'est pas pour vous.



C'est vrai quoi... Bruegel, Memling, Van Eyck en gros, bien gros... un beau portrait de Van Eyck en guise d'illustration... même si les commentaires de l'expo précisent que les oeuvres de la collection vont du 15ème siècle au 17ème siècle, on pourrait supposer, à voire l'affiche, que les primitifs sont représentés en force.

Et bien que nenni. Que dalle... Trois tableaux de Memling, trois tableaux de Bruegel, un (il me semble) tableau de Van Eyck. Cinq autres tableaux de primitifs, trois p'tits tours et puis s'en vont.

Quand je pense que je me suis payée deux fois 50 minutes de TGV, deux fois 30 minutes de RER, deux fois 20 minutes de marche... échappé à une heure et demi de queue sur le trottoir (merci la billeterie en ligne) pour me retrouver confinée dans une toute petite pièce, à 10 personnes devant chaque tableau, que c'en était étouffant... non vraiment, NON !

JE NE SUIS PAS CONTENTE ! JE SUIS DECUE ! JE SUIS FRUSTREE !

Ok, la prochaine fois je retourne au Louvre, à Cluny, à Bruges, à Colmar et j'arrête de faire ma snob de province qui fait l'aller retour en une demie-journée pour aller voir une expo à Pâris.

Ca m'apprendra....

......................................

Par contre la tarte Macaron-framboise accompagnée d'un bon thé au salon de thé du musée.... huuuummm... rien à redire.

.
Repost 0
Published by La Femme des steppes - dans Ce que mon humeur me dicte
commenter cet article
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 22:05

 


Légère et long vêtue, les pieds nus sur mes semelles, la goutte d'argent de mon collier dansant sur mon sein, je marchais nonchalamment, sur le chemin de retour du champ.

Près du porche une terrasse où trois jeunes légumes, le regard bovin, la bouche atone, étaient vautrés sur leur chaise de jardin. J'étais passée tout à l'heure, sans doute étais-je transparente, je guettais un signe d'intelligence humaine pour les gratifier d'un salut, en vain.

   Des notes reggae s'épanouissaient dans l'air. A mon esprit défendant, sans doute, ma démarche se fit plus langoureuse, peut-être. Le pompon rouge de mon porte-clefs se balançait au bout de mon bras.

   
Un sexagénaire sortit alors sur la terrasse et me gratifia d'un salut cordial, emballé d'un regard de gaieté. "Ah, vous marchez avec le reggae, quel plaisir, je ne m'en lasse pas !".
   

Sourire éclatant de ma part -bien sûr, hein, on n'est pas d'bois. Echange joyeux de petites gentillesses.

Les trois mollusques n'ont sûrement rien compris.

La vie est belle, quand même...

 

Repost 0
Published by La Femme des steppes - dans Textes d'une autre vie
commenter cet article
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 10:49


Qui a osé manger des Coco Pops dans le salon,

en renverser partout,

et les planquer sous le canapé ???




De toutes façons, je connais déjà la réponse : c'est Alfred.

Mais si, Alfred.... mon 5ème enfant caché.

Celui qu'on ne voit jamais, qu'on n'entend jamais, qui ne me coûte pas un rond mais...

qu'est-ce qu'il fait comme c*nneries!



.
Repost 0
Published by La Femme des steppes - dans Ce que mon humeur me dicte
commenter cet article

.

 

 

schrtroumpfgrognon-copie-1.JPG


Mon livre du moment

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSkxR_EP2qYXxeKN__rX4oqk5ST_YLnxLpwotE3tpt8wSZXDCqWBQ

 

 

 

 

 

 Ma radio fétiche 

http://www.riadenjazz.com/2008/jazzradio.jpg 

Jazz radio...

 

http://www-d0.fnal.gov/~laflores/anidanca.gif

 

Rechercher

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  .