Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2010 6 02 /01 /janvier /2010 16:06
http://media.rtl.fr/online/image/2009/1205/5931067853_Les-chaussures-italiennes-de-Henning-Mankell-le-Seuil.jpg
J'aime beaucoup Henning Mankell.

J'ai commencé par les aventures de l'inspecteur Wallander, qui me plaît beaucoup.

Moi, les cinquantenaires un peu paumés, ça me fait craquer. Je n'y peux rien, c'est comme ça. Leur visage m'attire, leur coeur a mille replis mystérieux, leur regard est sombre et habité...

C'est pour cela, je pense, que j'apprécie les livres de cet auteur. Car il met sûrement beaucoup de lui-même dans ses personnages, ce qui les rend si attachants.



L'histoire ?

"
A soixante-six ans, Fredrik Welin vit reclus depuis une décennie sur une île de la Baltique avec pour seule compagnie un chat et un chien et pour seules visites celles du facteur de l’archipel. Depuis qu’une tragique erreur a brisé sa carrière de chirurgien, il s’est isolé des hommes. Pour se prouver qu’il est encore en vie, il creuse un trou dans la glace et s’y immerge chaque matin. Au solstice d’hiver, cette routine est interrompue par l’intrusion d’Harriet, la femme qu’il a aimée et abandonnée quarante ans plus tôt. Fredrik ne le sait pas encore, mais sa vie vient juste de recommencer."

Quelques morceaux choisis :

"C'est difficile d'avoir pour plus proche ami quelqu'un qu'on n'aime pas."

" Il n'y a pas de gens normaux. C'est une fausse image du monde, une idée que les politiques veulent nous faire avaler. L'idée que nous ferions partie d'une masse infinie de gens ordinaires, qui n'ont ni la posibilité ni la volonté d'affirmer leur différence. Le citoyen lambda, l'homme de la rue, tout ça - c'est du flan. Ca n'existe pas. C'est juste une excuse que se donnent nos dirigeants pour nous mépriser."

"Je ne crois pas que l'on doive tout partager. Si on fouille trop loin dans le coeur des autres, on risque de détruire l'amitié".


Bref... un très beau livre, où l'on rencontre des gens qui souffrent, qui ont souffert, qui ont apprivoisé une vie différente de celle dont ils rêvaient... un peu nous, un peu les autres, un peu tout le monde...

Eh, eh... z'avez remarqué ? Enfin un livre qui m'a plu !


.

Partager cet article

Repost 0
Published by La Femme des steppes - dans Je fais ma critique...
commenter cet article

commentaires

Aude Terrienne 04/01/2010 17:35


Tout à fait en accord avec ce que tu dis, merci d'être comme ça!
Nous aussi à une époque on déménageait tous les trois ans.


La Femme des steppes 05/01/2010 22:36


Ca ne m'étonne pas ! Je sens en toi l'âme de quelqu'un ouvert et allant vers les autres. Ca ne s'invente pas !


evanescence 04/01/2010 13:50


Je te souhaite une bonne et merveilleuse année en espérant pouvoir continuer à te retrouver ici avec autant d'humour. Ca fait du bien!


La Femme des steppes 04/01/2010 14:37


A toi aussi, Evanescence. J'espère que ton retour s'est bien passé. Je file te lire !


Aude Terrienne 04/01/2010 08:30


L'amitié, parfois, ça peut devenir si intense que le quotidien est difficile à partager. J'ai du mal à exprimer ma pensée. Je veux dire que quand on a connu des moments d'intense communion sur un
sujet un peu profond avec un/e ami/e et qu'on a cogité ensemble, qu'on s'est livré l'un/e à l'autre dans nos pensées, nos resentis les plus intimes, après ce moment magique, on a parfois du mal à
partager sans agacement le quotidien d'une amitié avec des moments moins intenses.
Euh est ce que tu comprends ce que je veux dire?


La Femme des steppes 04/01/2010 14:43


Oui, je pense que je comprends... En ce qui me concerne, comme je déménage assez souvent (et beaucoup de mes amies aussi), les moments de partage (presque) quotidiens sont limités à 2, 3, au plus 4
ans. Nous le savons dès le départ. Nous savons qu'après, l'amitié devra changer de mode de fonctionnement... et nous sommes conscientes que parfois, l'éloignement n'y résiste pas. Alors nous
profitons généralement à fond de ces moments. A chaque rentrée, nous décomptons le temps qu'il nous reste à se voir comme bon nous semble.

Du coup, dans mes rencontres, je ne cherche pas à tout prix à revivre la même chose que ce que j'ai déjà vécu avec quelqu'un d'autre. J'essaye justement de trouver d'autres terrains de jeux
  Une phrase que j'ai lu récemment sous la plume de Yasmina Reza : "je cherche desespérement un ami qui me
préexiste". Quelqu'un envers qui je suis attirée d'emblée, pas forcément pour nos points communs parfois, mais aussi par les différences qui me rendent avide d'en savoir plus.

Pour moi, l'amitié rime avec intensité, pas forcément avec durée...


kahlan 03/01/2010 14:53


Ah oui, en effet, celui-là te plait ! :D
J'aime beaucoup les citations que tu as choisi, ça me donne envie de lire le livre...


La Femme des steppes 03/01/2010 18:16


La première m'a vraiment frappé, car cela m'est déjà arrivé. Avoir une "amie" par défaut...

Quant à la deuxième, on a tous tendance à généraliser, je crois. J'y pensais le 26 décembre, dans un supermarché bondé. Je me disais "mais pourquoi sont-il là, tous ces c*ns alors qu'on est à peine
le lendemain de Noël ?". Pis je me suis dis "et toi, pauvre c*nne, pourquoi t'es là, hein ? ".


Coq 02/01/2010 21:48


Je suis toujours étonnée par la vitesse à laquelle tu dévores les livres ! J'en lis un quand tu en as lu trois !


La Femme des steppes 03/01/2010 18:17


Je suis une couche tard... une fois éteint l'ordinateur, je vais me coucher et lis pendant à peu près encore une heure avant de tomber de sommeil Quelle que soit l'heure. Peux pas me coucher sans avoir lu d'abord -même si parfois, le lendemain, je ne me souviens plus de rien



.

 

 

schrtroumpfgrognon-copie-1.JPG


Mon livre du moment

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSkxR_EP2qYXxeKN__rX4oqk5ST_YLnxLpwotE3tpt8wSZXDCqWBQ

 

 

 

 

 

 Ma radio fétiche 

http://www.riadenjazz.com/2008/jazzradio.jpg 

Jazz radio...

 

http://www-d0.fnal.gov/~laflores/anidanca.gif

 

Rechercher

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  .