Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 22:50

 

C'est arrivé à la sortie de l'école, vendredi.

 

Pendant que la sonnerie faisait entendre aux enfants ravis le début du week-end. Sourires épanouis, petits pas pressés dans les couloirs, blousons jetés en hâte sur les épaules, cartable légers en cette fin d'année. A la sortie de l'école, les mamans détendues sourient, papotent, échangent et parlent de leurs projets du week-end. Ca sent le bonbon et le pain au chocolat. Les oiseaux gazouillent dans les arbres, les voix claires des enfants se souhaitent le bonsoir. Débauche de vestes roses, de papillons mauves à paillettes, de shorts beiges, de petits pulls bleus, de barrettes blanches dans les cheveux. Ce week-end, il y aura des communions, des mariages, des baptèmes, des gens heureux.

 

A l'autre bout du monde, ils sont partis en mission. A l'heure de la sonnerie de l'école, ils montaient dans leur hélico. A l'heure du goûter, dans un hurlement, le vent les a écrasés comme un fêtu. A l'heure où leur mère faisait monter les enfants dans la voiture, leur père tombait sur le sol d'Afghanistan.

 

Mon amie, depuis que j'ai appris la nouvelle, j'ai une pierre dans la poitrine. Je pense à son épouse qui est enceinte, à ses quatre enfants, à sa mère, ses frères, à toi, sa soeur, à tous ceux qui l'aiment et que sa disparition déchire et ravage. Tu me disais tout à l'heure qu'il n'est pas la 60ème étoile. Lui, comme les autres, il est un fils, un père, un frère, un mari, un gendre, un ami, un camarade.

 

Je regarde sa photo, vous vous ressemblez tellement. Il est une partie de toi, arrachée. Je repense à tout ce que tu m'as dit. Je repense à ce jour, le jour de son départ, où tu avais mentionné ton trouble ; et ces mots n'auraient pu être que des mots jamais relus, perdus dans le virtuel ; et maintenant, nous les relisons, tu relis tout et trouve à tous ses gestes, toutes ses paroles, un sens tragique.

 

Que ces jours prochains, ces semaines, ces mois, ces années... que tout ce temps sera difficile ! Mais sa disparition le fait entrer en vous. Il ne peut disparaître à jamais, cela ne se peut. Votre souffrance le maintient en vie. Puissent nos pensées vers vous, mes pensées vers toi, te soutenir encore une fois, mon amie.

 

Son esprit, c'est ton fils qui te l'a dit, son esprit il est là, en montrant son coeur.

 

 

http://www.opex360.com/images/gaudin-20110611.jpg

 

 

Il n'est pas le 60ème.

 

Il s'appelle Mathieu Gaudin.

 

 

 

 

 

Quelques heures après, le militaire Lionel Chevalier, décédait également en Afghanistan.

 

R.I.P.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by La Femme des steppes - dans Ce que mon humeur me dicte
commenter cet article

commentaires

Fleur 14/07/2011 15:09



Bien triste 14 Juillet avec un drapeau endeuillé


est ce en  rapport avec un survol en hélicoptère en costume cravate.............j'avais trouvé ça déplacé et le reportage médiatiquemet inutile


la guerre est un fléau dont on ne trouvera pas de solution


les hommes sont fous



La Femme des steppes 17/07/2011 00:38



Malheureusement, ce sont les hommes qui créent la guerre. Quand ils ne supportent plus qu'elle soit dans leur tête, ils la créent pour les autres.


Je crains que ce soit dans leur nature...



lapuce 21/06/2011 22:47



C'étaient des missions de 2 mois ... ça allait ...


6 mois dans un pays en guerre ... rien à voir, quelle horreur


biZ



Fleur 16/06/2011 15:54



j'ai vu l'hommage rendu à Mathieu Gaudin et aperçu sa veuve enceinte


ça m'a pincé le coeur, je pense très fortement aux siens tellement démunis devant la souffrance



La Femme des steppes 21/06/2011 23:00



C'était hier l'inhumation. Maintenant, le tourbillon est passé et il va falloir qu'ils continuent de vivre. Dimanche c'était la Fête des Pères... difficile.


J'espère qu'ils seront suffisamment fiers du sacrifice de leur père pour que cela les porte dans leur vie désormais. Que la cause soit "bonne" ou pas à leurs yeux, ce n'est pas cela qui importe
le plus. C'est de se dire que cet homme a été capable de partir et de risquer de ne pas revenir, pour la défendre. Cela prouve une droiture d'esprit et une abnégation qui ne peuvent qu'être
admirées.



FAbrice 16/06/2011 10:54



mon coeur se serre en voyant cette photo, je viens de reconnaitre un ancien collégue de régiment qui etait sous officier en meme temps que moi. lachement je pense que j'ai bien fait de prendre la
quille...


les ailes brisées vo,t encore acceuillir un des notres...



La Femme des steppes 21/06/2011 22:46



Le monde est petit, mais il est bien dommage de s'en rendre compte lors de ce genre d'occasion.


Je suis contente de te revoir, tu me manquais...



lapuce 16/06/2011 04:45



Tu as les mots, Femme des Steppes. Je verse des larmes et envoie des pensées. Je remercie je ne sais qui ou quoi en pensant que mon père a passé 16 mois de sa vie à 200 ou 300 mètres de
profondeur sous l'eau et m'est toujours revenu.


RIP



La Femme des steppes 21/06/2011 22:43



Oui... mon père aussi fait partie de la génération qui n'a jamais vécu de conflit. Entre l'Algérie et les Balkans. Il partait aussi -moins longtemps que le tien- mais il n'y avait pas d'angoisse.
C'est difficile pour les mamans, maintenant. 6 mois d'OPEX, constamment dans la peur.



.

 

 

schrtroumpfgrognon-copie-1.JPG


Mon livre du moment

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSkxR_EP2qYXxeKN__rX4oqk5ST_YLnxLpwotE3tpt8wSZXDCqWBQ

 

 

 

 

 

 Ma radio fétiche 

http://www.riadenjazz.com/2008/jazzradio.jpg 

Jazz radio...

 

http://www-d0.fnal.gov/~laflores/anidanca.gif

 

Rechercher

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  .