Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 16:23

 

Cela fait des mois et des mois que je n'ai pas parlé bouquin. En fait, en ce moment, je lis beaucoup, passant d'un livre à l'autre à la chaîne et du coup... je ne me sens pas d'écrire sur ma boulimie. Je vais quand même essayer de me mettre à jour, parce que forcément, je finis par oublier ce que je veux en dire, et aussi parce que Luna m'en a donné envie !

 

Je vais donc commencer par ceux que j'aurai probablement oubliés dans deux ans, à moins que l'un, contre toute attente, ne s'accroche et ne vienne me titiller l'air de rien, comme cela arrive parfois.

 

 

La fille du capitaine - Alexandre Pouchkine 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/0/2/8/9782290340820.jpgBien sûr, après notre voyage à Moscou, nous avons vécu sur notre lancée et essayé de nous tourner un peu vers les écrivains russes. L'Homme des Steppes m'a donc acheté ce petit bouquin, qui, à ce qu'il paraît est l'un des bouquins les plus représentatifs du genre. 

Bien, bien, bien... et bien... c'est pas mal, oui, c'est pas mal. Ca se lit, oui, ça se lit. Histoire d'amour entre un jeune rejeton d'une famille noble envoyé s'endurcir à la guerre et la fille du capitaine (pauvre) qui tient le poste où se situe notre jeune premier. Bataille, guerre, prise de guerre, pillage, courage, sabre au clair, enfin tout est là, on est content. Ah oui, c'est romantique aussi, bien sûr. La fin est une happy end à la guimauve. 

Bon, ce livre bien sûr tient ses promesses. Il correspond bien aux attentes des lecteurs de l'époque ou des fans de maintenant. En ce qui me concerne, j'avoue que j'ai passé l'âge de lire ce genre de livres -fut-il écrit par Pouchkine ou pas-. Le côté tableau héroïque de bataille dans un gros cadre doré, pfff...

 

Le voyage dans le passé - Stephen Sweig 

http://a6.idata.over-blog.com/341x499/1/99/06/95/PHOTOS/voyage-pass-.jpgJ'aime bien Stephen Sweig. Cela fait le troisième que je lis, et j'avoue que j'apprécie énormément ses études tout en finesse des situations diverses. Au départ, souvent une histoire assez banale. Et, peut-on penser, une suite d'histoire et une fin qui le sera tout autant. Et bien pas forcément. Et surtout, Sweig s'attache à décrire tout ce que ressentent ses héros, cela fait comme une toile d'araignée qui, petit à petit, s'enroule autour d'eux, jusqu'à les paralyser et les laisser à merci les uns des autres. 

Ici, Louis et l'épouse de son patron s'aiment. Platoniquement. Tout en sachant qu'un jour... mais ce jour n'arrive pas. Louis est envoyé en Amérique latine, juste avant la guerre, pour développer l'entreprise et est bloqué par le blocus. Des années passent. Louis se marie, devient père. Un jour, il retourne en Europe. Ses sentiments l'étouffent. Il faut qu'il la revoie...

 

Le malentendu - Irène Némirovsky 

http://www.librairiepantoute.com/img/couvertures_300/malen-irene-10.jpgAh... Irène Némirovsky. Quel bonheur que de la lire ! Son écriture fabuleusement riche mais sobre, posée, dissèque avec beaucoup d'acuité les rouages de l'esprit humain. En cela, son écriture ressemble beaucoup à celle de Stefan Sweig, je trouve.  

Ce roman est son premier roman publié, en 1926, alors qu'elle a 23 ans. Histoire d'une relation de couple, là encore adultère (et il paraît que notre époque dépravée ?). Il est pauvre et célibataire, elle est riche et mariée. Bon, j'avoue que je n'ai pas tiré autant de plaisir que d'habitude de cette lecture tant j'avais envie de la baffer, elle, et de le secouer, lui. Je ne me suis pas trop attachée aux héros, contrairement à d'habitude. Mais lecture rapide et pas désagréable.

 

Boomerang - Tatiana de Rosnay 

http://www.livredepoche.com/annonces/bannieres/images/couv-rosnay-boomerang.jpgC'est mon baptême du feu avec cette écrivain. Ce bouquin est l'histoire d'un frère et d'une soeur. Ils passent un week-end tous les deux sur les lieux de leur enfance. Le même hôtel, la même plage, les mêmes souvenirs. Voire... sur le chemin du retour, tout en conduisant, Mélanie se souvient de quelque chose, veut parler, perd le contrôle de son véhicule et se retrouve à l'hôpital, l'esprit emmuré dans un trou noir. 

On est vite happé par le mystère de ce non-dit. Tout comme Antoine, on attend fébrilement que sa soeur retrouve la mémoire. On échaffaude des histoires, on imagine des secrets. Et puis, et puis... et puis, rien ne se passe. La soeur ne se souvient pas, le frère vit une relation torride avec la thanatopractrice de l'hôpital, ça tourne en rond, on se lasse. Juste au moment où j'allais VRAIMENT me lasser, un événement surgit. Ca me touche, bien sûr, puisque cela me renvoit au même événement vécu il y a quelques mois avec Fille Aînée. Mais c'est un hasard, c'est tout. On continue à tourner en rond et finalement, petit à petit, le mystère se dévoile. "Tout ça pour CA ??". Pffff.... Soit je suis blasée. Soit l'auteur a raté son coup.  

Les nanas de la bibliothèque tournante, en bonnes cathos tradis qu'elles sont, se braquent sur l'essence même du mystère -ce qui n'est pas mon cas- et ne me sont donc d'aucun secours pour répondre aux deux questions précédentes.

 

L'ombre du soleil - Christelle Maurin

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/9/6/7/9782213615769.jpgPrix des orfèvre en 2006, comme indiqué sur la jaquette. 

Bon petit polar honnête qui se lit assez vite. Une série de meutres dans l'enceinte même du chateau de Versailles, tous plus mystérieux les uns que les autres. Un commissaire, des suspects, des victimes potentielles, une petite entourloupe. 

Pas mal du tout. L'intrigue n'a rien d'original, le traitement de l'enquête non plus, non plus que le dénouement. Voilà.

 

 

 

 

 

L'insomnie des étoiles - Marc Dugain

http://le75020.fr/wp-content/uploads/2010/09/linsomnie-des-etoiles-marc-dugain1.jpgC'est un Dugain. Donc forcément, c'est pas très drôle, hein. C'est gris. Comme la couverture, on a l'impression que tout est gris tout le temps dans ce livre. 

Ce qui est étrange, c'est que j'ai l'impression de ne pas avoir tout compris au livre, quelques semaines après. Enfin si, j'ai compris, mais je ne suis pas sûre de saisir toute la portée de ce qu'il y a dedans. L'ennuyeux, avec le recul historique, c'est qu'il y a des tas de choses qu'on sait déjà. C'est comme avec E=MC², quand on pense à tout le mal qu'Einstein a eu pour trouver cette formule ! Il n'avait qu'à demander aux écoliers du 21ème siècle : ils la connaissent tous !

 

Mais je m'égare.

 

Oui, disais-je, on pense être tellement au fait de toutes les atrocités que les nazis ont commises que finalement, une révélation de plus sur une horreur ne surprend pas. Quelque part, je pense que je le savais déjà ou que j'en avais entendu parler... ou pas. 

J'ai trouvé un peu malvenu le mélange entre l'histoire de l'héroïne et la dénonciation de ce fait historique. Mal amené, mal ficelé, je ne sais pas... 

Arriverai-je un jour à me détacher de La chambre des officiers et à apprécier un autre livre de Marc Dugain ? -"En bas les nuages", même pas terminé...

 

Maria - Pierre Pelot

http://leblogcultura.com/wp-content/uploads/2011/01/Maria-Pierre-Pelot.jpgCet écrivain, c'est plutôt l'Homme des Steppes qui le lit, mais vu que c'est au sein de mon cercle que le bouquin m'a été confié, je me suis lancée. 

Maria est institutrice pendant la 2ème guerre mondiale, dans les Vosges. Un jour, des gens du village viennent la chercher à l'école, l'emmènent dans la montagne, et la torturent afin qu'elle révèle où se trouve son mari. Son mari, enfui, que l'on accuse d'avoir dénoncé le maquis et causé l'exécution d'une soixantaine de gars du pays. Maria ne dit rien... De cette nuit d'horreur lui naîtra un fils. Et... et je ne vais pas vous raconter l'histoire. Parallèlement, de nos jours, on suit les pas d'un homme jeune qui, comme en pélerinage, se dirige vers une vieille dame, une vieille dame conteuse à la radio.

  Bon, j'ai commencé à m'ennuyer mortellement quand on passe du roman aux "anecdotes historiques", retranscrites en entier, que la mamie raconte à la radio. C'est tout à fait passionnant pour qui est féru d'histoire du coin -comme l'Homme des Steppes qui se régalera-, mais moi j'avoue que cela ne m'enchante pas plus que ça. Des histoires de duchés, de territoires, de barons qui se font la guerre, instituent des lois iniques et tout le tintouin, c'est partout la même chose, dans toutes les provinces, ça fait des siècles que je l'entends, cela ne m'intéresse pas. 

Quant à la fin...  J'ai dû relire deux fois la dernière page pour être sûre que j'avais bien compris. Cela aurait pu être développé, travaillé, amené, suggéré dans le livre, mais non. Rien. Alors du coup, elle arrive comme un cheveu sur la soupe, comme de juste... et c'est dommage.

 

 

Le procès de la momie - Christian Jacq

http://www.decitre.fr/gi/88/9782845633988FS.gifJ'aime bien Christian Jacq. Ses romans fleuves sur l'Egypte ancienne et la vie à l'époque des pharaons m'ont bercée agréablement il y a quelques années. C'est donc sans méfiance que je me suis attaquée au roman de la momie. Gros bouquin, mais bon, Christian Jacq, ce sont toujours des gros bouquins et j'apprécie. Inconsciemment, je me souviens aussi du livre de Théophile Gauthier, le Roman de la momie et me rappelle que j'avais bien aimé sa lecture.

  Oui, ben... j'aurais mieux fait de relire Théophile Gauthier ou alors la série des Ramsès... 

Parce que là, non, franchement... intérêt extrèmement limité. Dans le Londres du 19ème siècle, un archéologue passionné mais amateur cherche à tout prix à être reconnu par les spécialistes et les musées. Pourvoyeur d'objets égyptiens, il dispose d'une momie qu'il va débandeletter, lors d'une séance frisson pour happy few. Mais la momie disparaît et les assassinats commencent... 

Ca se traîne, ça se traîne. Et puis il y a des répétitions, on n'avance pas à petit pas, on piétine et on recule. Les personnages sont caricaturaux et tournent en rond. Pour finir, la résolution de l'énigme arrive comme un cheveu sur la soupe, et la grande révélation du mystère de la momie, et bien... je ne m'en souviens même plus ! Oups.

 

Le dit de Tian-yi -François Cheng

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/2/1/0/9782253151012.jpgAh. Un livre chinois. Encore un livre chinois. Histoire chinoise, trio chinois, écriture chinoise. 

Histoire ? Bien entendu, cela se passe lors de la révolution culturelle. 

Trio ? Deux jeunes hommes, une jeune femme, cela rappelle furieusement Balzac et la petite tailleuse chinoise. 

Ecriture ? Du chinois. Bien compact, bien précis, bien serré. Qui a dit "indigeste" ?Non, pas tout à fait indigeste. François Cheng écrit merveilleusement bien. 

Alors, si vous aimez les voyages à pied dans la campagne chinoise, les potentats locaux abusifs, le tourbillon de l'Histoire qui emporte nos pauvres personnages, la description des camps pour intellectuels de cette magnifique époque, ne vous génez pas, allez-y. Lisez-le. 

Dans le genre, c'est un bon livre. Mais pourquoi m'y suis-je plongée ? Il faut que je me fasse prêter d'autres livres de François Cheng.

 

Allons voir plus loin, veux-tu ? - Annie Duperey

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcR_EELmC8jh0QNd-gjfnuGR33wWMOslzTKHhFmcbFsB6Yy1MRTz&t=1Ah, Annie Duperey écrit aussi ? Ah ? Que dis-tu, Christian, tu me conseilles de la lire ? Bon, d'accord. Euh non, pas le livre sur sa vie, je sais ce qui lui est arrivé et je n'ai pas envie de la lire sur ce sujet. Ah mais si, je l'aime bien, cette femme ; plus que la moyenne, même, si, je t'assure. Euh non merci, un livre sur les chats, non, ça ne me passionnera sûrement pas. Alors, çui-là, c'est quoi ? Bon, ok, file. 

Autant le dire tout de suite, je ne sais pas pourquoi je n'étais pas fana. Ben oui, comme tout le monde, j'ai tendance à mettre les gens dans des boîtes et bien entendu, Annie Duperay, actrice de fictions légères pour la télévision -c'est ainsi que je la voyais-, sa littérature ne peut être qu'à l'avenant.

 

Et bien, prends ça dans ta face !!!! T'as tout faux !

 

Ce bouquin est séparé en 5 parties. Christine, Paul, Solange et Luc, quatre destins à un moment donné de leur vie. Furtivement, ils se croisent, mais sans le savoir. Chacun sa partie, chacun son genre, tous admirablement mis en scène par l'auteur. Oui, admirablement, car elle écrit vraiment très bien. Le jardin pour Christine, léger, coloré et joyeux. Pour Paul, "ces gens-là", comme dans Brel. Sombres, obtus, crétins et terriens. Solange, la gentille jeune femme comme on en connaît tellement, flottant entre ses rêves roses et la réalité. Et puis Luc, victime d'une violence terrible. Une violence cachée sous l'amour. 

Quel dommage qu'il y ait une 5ème partie ! Oui, quel dommage. L'éditeur de Annie Duperey doit l'aimer beaucoup, parce que je ne vois pas d'autre raison qui expliquerait pourquoi il ne lui pas tout simplement demandé de jeter cette 5ème partie au feu. Dans cette partie, les personnages se rencontrent vraiment. Même pour certains, ils vivent ensemble. Et alors là... aucun, aucun, aucun intérêt. Tout à coup, tout devient plat, terne, fade. Ce qui s'y passe, on s'en fout royalement. Que nos personnages si forts auparavant soient devenus ces gens comme tout le monde, avec la même vie que nous ou notre voisin, ben merde alors !

 

 

Muriel Barbery - l'élégance du hérisson

http://www.1001-livres.fr/theme/image/cover/l-elegance-du-herisson.jpgJe savais bien qu'un jour il me tomberait entre les mains. Oui, j'ai une propension un peu snob à ne pas me précipiter sur les livres que tout le monde lit. Sauf si on me les prête. Il était temps que je le lise, celui-là. Je l'ai même réclamé, pour être honnête. 

Je suis tombée de haut. Heureusement, cela ne m'a pas fait aussi mal que si j'étais tombée dans l'escalier, avec seau, balai, serpillière, traitement que j'aurais volontiers appliqué à note "héroïne".

 

Franchement, j'ai dû me forcer pour le lire jusqu'au bout.

  Je n'ai pas du tout aimé ce bouquin bourré de clichés. Clichés sur les immeubles bourgeois, clichés sur les bourgeois, clichés sur les enfants de bourgeois, clichés sur les clichés que les bourgeois ont de leur concierge et de son chat. Lourd. Pesant. Pénible.

Je crois que ce qui m'a le plus agacée, c'est le cliché abruti du Monsieur Japonais. Kakuro Ozu. Oui, c'est le fantasme TOTAL de la parisienne. Un vieux monsieur Japonais, riche, féru d'histoire, de littérature, de musique, de patrimoine FRANCAIS, Madâme !! Et qui habite les beaux quartiers. Et qui se pâme devant Paris. Il est zen, il est contemporain, il est tout.

 

Je crois que j'ai touché le fond, avec celui-là...

 

Alice Ferney - Passé sous silence

http://www.grazia.fr/storage/images/media/images/in-the-city/culture/la-rentree-litteraire-au-feminin/passe-sous-silence-d-alice-ferney/1107488-1-fre-FR/Passe-sous-silence-d-Alice-Ferney_portrait_gallery.jpeL'attentat de l'Obervatoire. Cela vous dit quelque chose ? Et bien ça ne parle pas de ça.  L'attentat du Petit-Clamart ? Oui, vous y êtes. Le 22 aout 1962, un commando tente d'assassiner le Général de Gaulle et son épouse. 

Alice Ferney se place dans la tête de Paul Donadieu (personnage fictif), celui qui conduira le commando. Personnage fictif, mais tellement réel. Officier, vieille France, conservateur, catho, gnagnagnagna... n'en jetez plus. Au bout de trois chapitres, j'avais déjà ma dose. Les grands discours sur la Frânce, la Pâtrie, la Chôse militaire, l'Hônneur, tout ça. Ces discours là, je les ai déjà entendus, dans ma propre vie. Je les entendrais en permanence si je ne fuyais pas les gens qui les tiennent en pontifiant et en se croyant les seuls patriotes dignes de confiance de notre beau pays. Je ne pense pas comme eux, je sais qu'à l'époque où se déroule le récit, il était courant de tenir ce genre de discours, mais je ne peux m'empêcher d'être agacée.

 

Donc, je l'avoue sans honte, j'ai commencé ce bouquin mais je ne l'ai pas fini. Il en faut, parfois, non ?

 

 

 

Ici se termine ma petite liste de livres à propos desquels j'estime qu'il n'y a pas de quoi s'en taper le cul par terre jusqu'à la syncope. Ca, c'est fait. Si vous avez de la curiosité, vous pouvez vous rendre tout en fin de page pour voir ceux qui auront le droit à un traitement plus favorable... bientôt j'espère !

 


Partager cet article

Repost 0
Published by La Femme des steppes - dans Je fais ma critique...
commenter cet article

commentaires

Papillote 11/04/2011 21:40



je n'ai lun aucun de ses bouquins, mais j'ai vu le film l'élégance du hérisson et j'ai trouvé aussi qu'il était bourré de clichés et très dans l'air du temps. Pour le Pouchkine, à la fin tu
connais l'âge du capitaine comme on dit ?



La Femme des steppes 11/04/2011 22:19



On le connaît même dès le début...


Il faut que je fasse la critique du chef d'oeuvre d'anticipation que je viens de lire. J'en suis encore scotchée, j'ai adoré, je l'emporte sur une île déserte, j'te jure !



Fleur 23/03/2011 15:05



LES CHATS DE HASARD


Ce n'est pas un livre "animalier" c'es plutôt l'approche des chats en rapport avec les humains, Anny Duperey est douée pour faire passer ce qu'elle ressent avec les hommes de sa vie, ses
enfants, ses chats


quelques extraits qui te donneront peut être envie


 


-"Les gens qui aiment les chats évitent les rapports de force.Ils répugnent à donner des ordres et craignent ceux qui élèvent la voix, qui osent faire des scandales.Ils rêvent d'un monde
tranquille et doux où tous vivraient en harmonie ensemble.


 


-"Les gens qui aiment les chats sont habilent à fuir les conflits et se défendent fort mal quand on les agresse.Ils préfèrent se taire, quitte à paraitre lâches.Ils ont tendance au repli sur soi,
à la dévotion.Ils sont fidèles à des rêves d'enfant qu'ils n'osent dire à personne.Ils n'ont pas du tout peur du silence.Ils ne s'arrangent pas trop mal avec le temps qui passe, leur songe
intérieur estompe les repères, arrondit les angles des années


Les gens qui aiment les chat adorent cette indépendance qu'ils ont, car cela leur garantit leur propre liberté.Ils ne supportent pas les entraves ni pour eux mêmes ni pour les autres


et je finirai par :


-"les gens qui aiment les chats font semblant d'être adultes et gardent secrètement une envie de ne pas grandir.Ils préservent jalousement leur enfance et s'y réfugie en secret derrière leurs
paupières mi-closes, un chat sur les genoux


Est ce utile de rappeller que J'AIME LES CHATS.............



La Femme des steppes 04/04/2011 18:34



Celle qui a lu cet ouvrage l'a bien apprécié aussi. Je l'ai feuilleté vite fait, et pourquoi pas ? Mais en ce moment, j'ai tellement d'autres bouquins à lire !!! Peut-être cet été (il me faudra
une remorque pour prendre tous les bouquins que je veux lire !)



fée des agrumes 23/03/2011 09:33



Héhé, j'apprécie la musique de fond, je m'en vais écouter l'album...



La Femme des steppes 04/04/2011 18:29



Ca ne m'étonne pas ! Moi aussi, j'aime beaucoup !



stim 20/03/2011 23:28



Comme on dit, tu dévores les livres...
"l'élégance du hérisson " : lu mais quasi oublié ; j'ai aimé jusqu'à un certain point, enfin je mettrai qd même une bonne note.
Bonne semaine à toi.



La Femme des steppes 22/03/2011 23:45



C'est amusant de voir que beaucoup de gens n'ont pas trop aimé ce bouquin, et que pourtant il a eu un succès dingue !



Anne 20/03/2011 21:16



Alors heureuse de lire que je ne suis pas la seule à n'avoir pas aimé l'élégance du Hérisson. L'écriture est là, on voit qu'elle s'est appliquée à remettre une belle copie mais autrement trop de
clichés......


De Tatiana de Rosnay j'ai lu elle s'appelait Sarah, très belle histoire bouleversante qui se lit assez vite.


Stéphan Sweig : une superb plume. J'ai lu il ya quelques années "le monde d'hier", superbe livre



La Femme des steppes 22/03/2011 23:48



Je retiens ton titre de Stephan Sweig parce que je pense que je vais pousser plus avant ma découverte de cet auteur. En plus, ses livres sont minces, donc prennent peu de place et ne dégarnissent
pas trop le porte-monnaie.


"Elle s'appelait Sarah", il circule dans la bibliothèque tournante également, mais je ne me sens pas d'humeur à livre ce genre de livres en ce moment...



.

 

 

schrtroumpfgrognon-copie-1.JPG


Mon livre du moment

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSkxR_EP2qYXxeKN__rX4oqk5ST_YLnxLpwotE3tpt8wSZXDCqWBQ

 

 

 

 

 

 Ma radio fétiche 

http://www.riadenjazz.com/2008/jazzradio.jpg 

Jazz radio...

 

http://www-d0.fnal.gov/~laflores/anidanca.gif

 

Rechercher

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  .